Vape Chine ! N’écoute pas l’avis de l’OMS sur l’ecigarette

Quand on parle de fumer et vaper, le monde de la santé publique ressemble soudain à l’Oceania de « 1984 ». Dans ce royaume orwellien, Big Brother publie des déclarations de non-sens telles que «la guerre est la paix, la liberté est l’esclavage, l’ignorance est la force. »

Aux États-Unis, le CDC et le département de la Santé californien ont assumé le rôle de Big Brother en expliquant avec insistance aux fumeurs qu’ils devaient continuer de fumer parce que les e-cigarettes ne sont guère plus sûres. Tu parles d’une déclaration d’inversion orwellienne !

En vérité, vaper est beaucoup moins risqué que fumer. Les e-cigarettes et autres dispositifs chauffent une solution de nicotine pour produire une vapeur inhalable. Ils ne libèrent pas les goudrons cancérigènes de la fumée de cigarette, rendant ce système de délivrance de la nicotine idéal pour les fumeurs qui cherchent à réduire ou arrêter leur consommation de produits du tabac brûlés.

À l’échelle mondiale, l’Organisation mondiale de la Santé est Big Brother.
Le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS, est une sceptique confirmée. Comme elle le déclare dans le China Daily – «Je recommande que les gouvernements nationaux l’interdisent, ou tout au moins la réglementent. » (Ailleurs, le Dr Chan exprime l’avis que les e-cigarettes doivent être réglementées de la même façon que les cigarettes traditionnelles – même si elles ne sont pas équivalentes en termes de préjudice.)

Les commentaires du Dr Chan sont débattus à Pékin depuis le 1er Juin 2015. L’interdiction de fumer dans les lieux publics aurait stimulé l’impact des e-cigarettes. En conséquence, vaper est de plus en plus populaire, en particulier auprès des jeunes citadins, selon Gan Quan, directeur de l’Union internationale chinoise contre la tuberculose et les maladies respiratoires.

Ce sont de bonnes nouvelles. Comme un rapport sur le tabagisme en Chine publié dans le Lancet le montre clairement, passer de fumer à vaper pour les personnes qui ne peuvent pas arrêter de leur propre chef ou par les moyens traditionnels est un impératif de santé publique. Les chercheurs ont rapporté que deux hommes sur trois fument (moins de 4% des femmes). Ils estiment que le tabagisme a provoqué environ 20% des décès d’hommes adultes en Chine au cours des années 2010. En chiffres bruts, les décès annuels en Chine causés par le tabac ont augmenté d’environ 1 million en 2010 et atteindront 2 millions en 2030 et 3 millions en 2050, si aucune mesure n’est prise.

La tendance vape de Pékin est prometteuse, mais pour l’ensemble du pays, la transition rapide de la fumée à la vape est peu probable parce que le tabagisme est profondément ancré dans la culture. Comme l’écrit le China Daily : «Fumer est une tradition. Lorsque nous rencontrons notre patron, nous offrons une cigarette pour lui montrer notre respect. Quand on parle à quelqu’un, nous offrons une cigarette comme une offrande de paix, qui va générer une confiance observable. Nous remercions notre plombier de ses honoraires et une cigarette, nous servons une cigarette à un invité, suggérant «Vous êtes le bienvenu.» Une cigarette (une belle cigarette) est une expression commune définissant un compliment. »

Ces faits montrent à quel point il est absurde d’envisager une interdiction des e-cigarettes tout en omettant d’en faire de même pour les cigarettes. Après tout, les cigarettes sont 20 à 100 fois plus dangereuses que la vape.

En fait, si la Chine veut vraiment être sans fumée, on ne sait pourquoi le gouvernement, qui n’est pas connu pour être timide quand il s’agit d’imposer des politiques paternalistes dans d’autres domaines, n’interdit tout simplement pas la production de cigarettes pour laisser exploser l’utilisation de l’e-cigarette.

Après tout, les e-cigarettes sont un produit du cru, inventé en Chine en 2003. La province de Shenzhen abritait 900 fabricants de ces dispositifs en 2013, une hausse de 200% par rapport à l’année précédente, et a représenté plus de 95% de la production mondiale. Pourtant, en dépit des progrès considérables de l’industrie de l’e-cigarette, les cigarettes traditionnelles dominent toujours le marché chinois.

Comme Yanzhong Huang du Conseil sur les relations étrangères l’a récemment souligné, « Si seulement 1% des fumeurs chinois se tournent vers l’e-cigarette, cela signifierait un marché d’environ 3,5 millions d’utilisateurs. » Le géant gouvernemental China National Tobacco Corporation, qui vend la quasi-totalité des cigarettes consommées dans le pays, pourrait devenir le plus grand fabricant d’e-cigarette du monde.

À l’heure actuelle, cependant, la société est une source de revenus énorme pour la nation. Elle génère CN 816 ¥ milliards (7-10% du PIB) de recettes. En effet, les recettes du tabac financent plus de la moitié du budget de certains gouvernements provinciaux. La perte de tant de revenus par interdiction serait un énorme défi.

L’autre obstacle est la faible sensibilisation du public. Seulement 25% des adultes chinois ont une connaissance approfondie des risques pour la santé du tabagisme, et moins d’un tiers sont conscients des dangers de la fumée secondaire, selon l’Organisation mondiale de la Santé. Moins de 10% des fumeurs chinois arrêtent par choix et le peuple chinois commence à fumer à un très jeune âge.

Quant aux fumeurs qui se sont tournés vers la vape, l’industrie de l’e-cigarette chinoise est actuellement très mal réglementée et la qualité des produits est inégale. Si les e-cigarettes remplacent les cigarettes traditionnelles et compensent les recettes perdues du tabac, le gouvernement devra réglementer l’industrie avec plus de soin pour assurer la sécurité et la qualité.

En fin de compte, la Chine n’interdira probablement pas les cigarettes. À tout le moins alors, l’environnement devra être aussi convivial que possible pour inciter les fumeurs à utiliser des e-cigarettes de qualité.

Y at-il à espérer de l’OMS sur cette question ?
Le Dr Chan détient déjà des informations importantes sur le potentiel des cigarettes électroniques. Au printemps 2014, 53 experts internationaux de la santé ont écrit une lettre conjointe l’encourageant à « résister à l’envie » de « contrôler et réprimer les » cigarettes électroniques en les classant équivalentes aux cigarettes à des fins de réglementation. La lettre a été envoyée lors de la sixième Conférence des Parties, la COP 6, en vertu de la Convention-cadre sur la lutte antitabac. Les signataires plaidaient pour la réduction des méfaits du tabac, pour la nicotine et son utilisation plus sûre sous forme de vape.

À l’automne 2014, la COP6 s’est conclue par la décision de « préparer un rapport d’experts, issu de scientifiques indépendants et des régulateurs concernés, pour la septième session de la Conférence des Parties. Le rapport comprendra une mise à jour sur la preuve de l’impact sur la santé des [systèmes de délivrance de nicotine électroniques], [leur] rôle potentiel dans le sevrage tabagique, [et leur] impact sur les efforts de lutte contre le tabagisme.  »

Cela semble prometteur – si les scientifiques impliqués sont véritablement indépendants.
A Genève, certains diplomates de la santé pressentent qu’une telle analyse ne sera disponible qu’à la prochaine réunion de la COP, probablement à l’automne 2016.

On veut être optimiste quant à la COP7, mais juste au cas où, nous espérons que les experts qui ont précédemment écrit au Dr Chan, lui écriront de nouveau à l’appui d’une évaluation détaillée, riche en données sur les vertus de la réduction des méfaits du tabac.
Si l’OMS est un organisme responsable, fondé sur la preuve scientifique, elle doit cesser son double langage sur les e-cigarettes.

Traduction de l’article de Forbes– Octobre 2015

china_vape_e-cigarette_2020_500x293

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :