Tabac Baromètre 2016 : La Rançon du Mépris

Et maintenant ? On fait quoi ?

Le baromètre santé 2016 sur le tabac publié le 30 mai 2017 par Santé Publique France démontre qu’entre 2010 et 2016, la consommation de tabac n’a cessé d’augmenter et plus encore dans les catégories les plus défavorisées.

Environ 35% des Français fument en dépit des campagnes de prévention, des journées sans tabac, des augmentations de prix, du paquet neutre, plaçant la France au rang des pires pays tabagiques occidentaux.

Ce même baromètre santé révèle que moins de 3% de personnes utilisent la cigarette électronique en 2016 et note que « cela peut être interprété comme un effet de mode qui a tendance à s’estomper ».

Et pour couronner le tout, Santé Publique France ajoute que «le produit n’attire pas de nouveaux consommateurs », notant un « essoufflement de son développement ».

Comment dire ?

Avons-nous le droit de juger la directive européenne sur les produits du tabac qui a été transposée en France sous le mandat de Marisol Touraine, ministre de la Santé, pour interpréter ces résultats du baromètre 2016 ?

Avons-nous le droit de nous exprimer en dépit de tous les baillons qui ont été méticuleusement appliqués sur nos bouches par les plus hautes instances de la Santé pour que nous, utilisateurs de cigarette électronique, cessions de promouvoir ce dispositif électronique si dérangeant ?

Avons-nous le droit de dire que les très mauvais résultats de ce baromètre sont la conséquence d’une politique de lutte contre le tabagisme inappropriée et tendancieuse ?

Avons-nous le droit de souligner que des milliers de personnes ont encore été touchées par les maladies liées au tabac en 2016 et que par malheur, des milliers y ont succombé dans l’indifférence de ceux-là mêmes qui prétendaient mener une croisade contre l’industrie du tabac ?

Avons-nous le droit de commenter les décrets parus et appliqués en 2016 pour entretenir volontairement l’amalgame entre tabac brûlé et nicotine vaporisée ?

Pouvons-nous dénoncer le fait que ces décrets aient placé un dispositif électronique dénué de toute combustion au même rang qu’un produit du tabac traditionnel, appliquant dans la foulée toutes les restrictions inhérentes au tabac à l’e cigarette ?

Avons-nous le droit de nous indigner de l’interdiction de promotion et de propagande imposée par décret afin de provoquer « l’essoufflement de son développement », comme le souligne très justement Santé Publique France ?

Pouvons-nous penser aujourd’hui que du Parlement Européen au Ministère de la Santé français, tout était parfaitement planifié pour arriver à ce résultat ?

Avons-nous le droit de nous remémorer toutes les campagnes médiatiques fomentées contre la cigarette électronique et la nicotine, la rendant tour à tour dangereuse, explosive, toxique, propageant des rumeurs pour décourager de son utilisation mais allant à l’encontre de toutes les études scientifiques disponibles montrant son fort potentiel en matière de réduction des risques ?

Avons-nous le droit de nous indigner du silence des hautes instances de santé, au mépris de certaines associations de lutte contre le tabac, à l’indifférence absolue du Ministère de la Santé qui ont refusé les arguments avancés par les acteurs du secteur de la cigarette électronique appuyés de rapports scientifiques étayés sur ses bénéfices en matière de réduction des risques ?

Avons-nous le droit de crier au scandale quand les vapoteurs ont été propulsés dans les espaces fumeurs au mépris de leur volonté de se défaire du tabac, les plongeant dans la fumée passive sous le ricanement de leurs amis ou collègues fumeurs encore éberlués par ce gadget de geek mais peu enclins à essayer de comprendre l’intérêt d’arrêter d’inhaler une fumée cancérigène ?

Avons-nous le droit de nous indigner quand certaines associations prétendument de lutte contre le tabac décrédibilisent l’e-cigarette simplement parce qu’elle prolonge le geste du fumeur ?
Avons-nous le droit de leur demander si les fumeurs meurent du geste de porter une cigarette à la bouche ou de la fumée qu’ils inhalent ?

AVONS-NOUS LE DROIT D’ÊTRE EN COLÈRE ?

Les discours ne changent jamais rien aux problèmes, pas plus que les rapports d’ailleurs. Seuls les actes produisent des résultats.

En 2016, la lutte contre le tabac a été marquée par un kit constitué de fiches explicatives, de gadgets et de badges remis aux fumeurs volontaires pour les accompagner dans leur tentative d’arrêt.

Il n’est pas certain que ces informations largement disponibles sur le net couplées à une application smartphone et une ligne d’accompagnement téléphonique aient été suffisantes pour provoquer un déclic face à une addiction.

En 2016, l’argument majeur de lutte contre le tabagisme fut l’instauration du paquet neutre en France dans la volonté marquée d’aller plus loin encore que la directive européenne sur les produits du tabac qui n’exigeait pas cette mesure.

A ce jour, les buralistes ne notent aucun changement dans la consommation de leurs clients.

Certes, ils ont fait la grimace lorsqu’ils ont finalement eu ce paquet triste entre leurs mains mais ce n’était pas le contenant qui les intéressait. Ils se sont rapidement adaptés et habitués, le contenu est toujours aussi satisfaisant pour eux.
Le paquet neutre ? Ils ne le voient plus.

Que se passera-t-il en 2017 ?

Allons-nous continuer à subir le dictat des instances dites de santé qui se refusent à revoir leur copie sur un simple dispositif électronique présentant un énorme potentiel en matière de lutte contre le tabac ou bien poursuivre sa diabolisation pour conduire sciemment à sa lente destruction ?

Allons-nous encore et toujours être les victimes de décideurs intransigeants qui préfèrent menacer et censurer plutôt qu’agir pour une vraie avancée de santé publique ?

Allons-nous devoir nous battre encore après de telles atteintes aux libertés de choix et d’expression, une telle stigmatisation de simples gens cherchant une voie de sortie du tabagisme et l’ayant trouvée pour bon nombre ?

Et si à la veille de la Journée Mondiale sans Tabac, en mai 2018, Santé Publique France annonçait enfin des résultats positifs ?

La cigarette électronique pourrait bien être une passerelle vers le progrès en matière de réduction des risques mais faut-il seulement le vouloir.

Jacqueline – arom-team.com

 

13268320_839180252853016_1239077530422267623_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Vapolitique

"Il n'y a qu'en criant juste qu'on peut faire taire ceux qui chantent faux"

Le Vaporisateur Personnel

Chers élus, les vapoteurs sont de votre côté, ils sont vos alliés dans cette guerre, nous menons le même combat, le combat contre le tabac, ne l’oubliez pas !

%d blogueurs aiment cette page :