La nicotine n’est pas le mal

La nicotine ne cesse d’être diabolisée dans la cigarette électronique. Aussi paradoxal que puisse paraître le fait de la présenter tel un produit sûr dans les substituts pharmaceutiques, elle devient LE diable lorsqu’elle est vaporisée.

De nombreuses études ont été menée à son sujet. On sait – mais il est préférable de le cacher – que de par ses effets stimulants, elle participe au traitement d’affections dégénératives telles la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer.

Mais, vouloir se sevrer du tabac en usant de nicotine via la cigarette électronique n’est pas un bon choix, nous serinent les autorités de santé. Le mal est l’addiction qui se poursuit indéfiniment.
On pourrait répondre qu’en fumant des cigarettes traditionnelles, cette addiction est d’autant plus permanente que les doses délivrées dans la fumée sont significativement multipliées. Mais non, cet argument ne sert pas. On ne diabolise pas la nicotine du tabac fumé !
On pourrait également répondre que certains utilisateurs de substituts pharmaceutiques ne sont pas fumeurs et utilisent la nicotine justement pour ses effets stimulants. Cet argument ne sert pas davantage. On ne diabolise pas la « nicotine pharmaceutique » – qui, faut-il le souligner, reste la même que celle ajoutée aux produits de la cigarette électronique.

Le mal du vaporisateur électronique est donc cette fameuse addiction ajoutée à un geste simulant trop parfaitement l’acte de fumer.

Voici une étude parue en 2010 :

L’envie de fumer est plus liée à une dépendance psychologique qu’à une addiction à la nicotine. En d’autres termes, c’est l’aspect psychologique qui rend dépendant à la cigarette, révèle une nouvelle étude menée par des scientifiques israéliens.

L’élément psychologique du tabagisme est le facteur clé qui régit l’intensité du désir d’un fumeur pour les cigarettes par rapport aux effets physiologiques de la nicotine décrit comme produit chimique de dépendance, explique le Dr Reuven Dar du département de psychologie de l’Université de Tel Aviv.

« Ces résultats pourraient ne pas être populaires auprès des partisans de la théorie de l’addiction à la nicotine, car ils sapent le rôle physiologique de la nicotine et mettent l’accent sur l’aspect psychologique de la matière en ce qui concerne le tabagisme, » explique le Dr Dar, dans sa nouvelle étude publiée dans le Journal of Abnormal Psychologie.

Reuven Dar et ses collègues sont parvenus à ces conclusions après avoir analysé les données de deux études marquantes.

Les chercheurs ont étudié le comportement du personnel navigant fumeur, des femmes et des hommes, de la compagnie aérienne israélienne El Al. Ils ont été suivis pendant deux vols – un long courrier de 10 à 13 heures comme Tel Aviv – New York et un aller-retour Israël-Europe, de trois à cinq heures.

L’équipe de recherche a ensuite analysé les réponses à un questionnaire des membres du personnel d’El Al et constaté que la durée du vol n’avait aucun impact significatif sur l’envie de fumer. En fait, elle est identique pour les vols courts et longs. En outre, les envies de fumer à la fin de chaque vol de courte durée sont beaucoup plus élevées que celles d’un long courrier. Cela montre que l’envie s’accroit au moment de l’atterrissage, quelle que soit la durée totale du vol.

Par conséquent, l’effet de manque se produit pour des raisons psychologiques, et non par des effets physiologiques de privation de nicotine.

Une étude similaire menée en 2005 sur des juifs religieux, interdits de fumer le jour du Sabbat, a également constaté que la nicotine ne créé pas une dépendance physiologique telle que l’addiction est généralement définie.

Cela ne veut pas dire que la nicotine ne joue aucun rôle. Ce produit chimique a un rôle physiologique dans l’augmentation des capacités cognitives comme l’attention et la mémoire, elle n’est pas une substance addictive comme l’héroïne qui créé de véritables symptômes systémiques et biologiques conduisant à un état de manque, déclare le Dr Dar.

Il espère que sa dernière recherche aidera les cliniciens et les autorités de santé à élaborer des programmes de lutte contre le tabac plus efficaces que ceux utilisant des patchs ou des gommes de nicotine coûteux.

Depuis des années à présent, les autorités de santé n’ont de cesse de diaboliser une substance qui, utilisée à bon escient, ne présente pas de risques majeurs pour la santé. Sous couvert de l’argument récurrent du « manque d’études sur la cigarette électronique », les législateurs se permettent d’imposer des restrictions arbitraires sur des produits bien moins dangereux que d’autres en libre accès dans les rayons de nos supermarchés. Pour effrayer le consommateur, des rumeurs sont régulièrement égrenées dans les médias.
On diabolise le vaporisateur personnel pour que le tabac reste prédominant dans nos sociétés.

electronic cigarette

Publicités

Un commentaire sur “La nicotine n’est pas le mal

Ajouter un commentaire

  1. A ceux qui contestent cet article sur la nicotine en déposant des liens scientifiques prouvant l’addiction sur ce blog, sachez qu’il existe une sacrée différence entre la nicotine inhalée dans la fumée du tabac et la nicotine utilisée seule.
    Il serait peut-être plus intéressant de proposer des liens démontrant l’influence des 7000 substances contenues dans une cigarette qui renforcent effectivement une addiction. Mais là, bien sûr, vous ne trouverez aucune étude détaillée, ça dérangerait trop l’industrie du tabac.
    Non, la nicotine n’est pas le mal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Vapolitique

"Il n'y a qu'en criant juste qu'on peut faire taire ceux qui chantent faux"

Le Vaporisateur Personnel

Chers élus, les vapoteurs sont de votre côté, ils sont vos alliés dans cette guerre, nous menons le même combat, le combat contre le tabac, ne l’oubliez pas !

%d blogueurs aiment cette page :