L’avis du Haut Conseil de Santé Publique – 28 mai 2014

Aujourd’hui, le Haut Conseil de Santé Publique a publié un communiqué rendant son avis sur la cigarette électronique.
Reconnaissant ce dispositif comme un « outil de réduction des risques du tabagisme », le HCSP enchaîne en discréditant la vape dans de nombreux domaines.

– Dispositif peu significatif en ce qui concerne la réduction de l’exposition aux carcinogènes et produits toxiques du tabac
– Impact peu significatif sur la santé car les vapoteurs fument et vapotent…
– Risque d’entrée en addiction nicotinique des adolescents et détournement vers le tabagisme
– Renormalisation du tabagisme et de l’usage de la nicotine sous toutes ses formes.

L’avis du Haut Conseil de Santé Publique est contestable sur de nombreux points et il serait facile d’apporter une contradiction à chaque affirmation. Néanmoins, ce soir, passablement irritée par de telles conclusions, je ne vais répondre qu’au point concernant les adolescents et vous laisser juger.
Le HCSP constate que l’ecigarette pourrait être une passerelle vers le tabac pour les jeunes en se basant sur l’étude – ou plutôt devrait-on parler de sondage Paris sans Tabac.

Voici ce sondage révélé en septembre 2012 :

PO11-3
E-CIGARETTE, UN NOUVEAU PRODUIT POUR L’INITIATION AU TABAC DES ECOLIERS PARISIENS

Bertrand Dautzenberg, Maryvonne NOEL, Pierre BIRKUI, Joseph OSMAN, Marie-Dominique DAUTZENBERG

Paris Sans Tabac, Rectorat Académie de Paris, OFT France

Contexte

Depuis 5 ans, un marketing intensif a conduit les e-cigarettes à devenir de plus en plus populaires en France. En raison d’une baisse de leur prix de 100 € à moins de 7€ pour les e-cigarettes jetables, ce produit pourrait devenir un instrument pour l’initiation des habitudes tabagiques des adolescents mais aucune donnée n’est disponible sur ce risque potentiel.

Matériel

Une question concernant les cigarettes électroniques a été posée dans l’enquête annuelle menée par Paris Sans Tabac depuis 1991 en partenariat avec les établissements scolaires parisiens sur un échantillon de 2% d’écoliers tirés au sort.

Résultat

Sur 3409 élèves de 12 à 19 ans, interrogés en 2012, 49% sont des filles.
L’âge moyen est de 15,34 années. Le taux de fumeurs quotidiens et fumeurs occasionnels est de 4,2% et 16,8% chez les 12-15 ans et de 21,3% et 10,4% chez les 16-19 ans.
Le pourcentage d’adolescents ayant expérimenté l’e-cigarette est de 6% chez les 12-14 ans, 12% chez les 15-16 ans, 19% chez les 17 ans, descend à 12% pour les 18 ans et 6% à 19 ans.
Jusqu’à l’âge de 17 ans, les filles ont plus souvent expérimenté l’e-cigarette que les garçons. L’expérimentation varie selon le statut de fumeur :
5% chez les non-fumeurs, 15% chez les fumeurs occasionnels, 18% chez les ex-fumeurs et 33% chez les fumeurs réguliers connaissant l’e-cigarette.
Le taux d’expérimentation de l’e-cigarette est de 23% chez les fumeurs qui ne prévoient pas de cesser de fumer et 19% chez ceux qui envisagent de cesser de fumer.

Conclusion

L’E-cigarette qui est apparue récemment sur le marché français est devenu un produit familier pour les jeunes écoliers parisiens, pour la plupart âgés de 14 à 17 ans (10,6% chez les filles contre 9,1% chez les garçons).
Pour éviter cette initiation, nous recommandons la régulation des e-cigarettes comme cela se fait pour les produit du tabac, soit, interdire toute promotion et vente sur Internet pour les adolescents de moins de 18 ans.

Bien… je ne commenterai pas…
Voyons voir maintenant, les conclusions de ce même sondage en 2010 :

logo_pst_w

L’enquête de Paris sans tabac (PST) est la seule grande enquête conduite annuellement en France depuis 20 ans avec la même méthodologie sur une population de collégiens et de lycéens.

Elle met en évidence plusieurs points qui confirment une reprise du tabagisme chez les jeunes parisiens :
– la consommation quotidienne de tabac s’installe entre 13 et 17 ans
– la consommation de tabac a plus que doublé chez les collégiens entre 2007 et 2010
– l’augmentation du taux de fumeurs est plus forte chez les filles que chez les garçons
– l’expérimentation de la chicha est de plus en plus fréquente chez les élèves parisiens
– l’initiation précoce du tabagisme est associée à une initiation plus rapide de la dépendance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :