Hypocrisie et corruption au Parlement européen

Ignorons le public, écoutons MacAvan Et Ses Amis de Big Pharma

Corporate Europe Observatory (CEO) – un groupe de Bruxelles opposé au lobbying des entreprises – a publié aujourd’hui (début juillet 2013) un rapport sur la directive relative aux produits du tabac.

La Convention cadre de l’Organisation Mondiale de la Santé de l’ONU (OMS) de 2005 sur la lutte antitabac (CCLAT) est fondée sur le fait fondamental d’une différence irréconciliable entre les intérêts de l’industrie du tabac (produisant et vendant le plus possible, afin de maximiser les profits) et des organismes de réglementation de la santé publique (réduction de la consommation de cette même substance le plus possible, afin de minimiser les cancers et autres impacts négatifs sur la santé). Ce texte de droit international (pour lequel l’UE et tous les Etats membres sont signataires) exige non seulement la transparence des contacts entre les responsables politiques de santé publique et l’industrie du tabac, mais exige également qu’ils soient évités et limités seulement à des contacts strictement nécessaires pour réglementer l’industrie.

Ce rapport documente les expériences de certains députés, leurs assistants et conseillers politiques, qui témoignent du fait que les lobbies du tabac et de la cigarette électronique sont de plus en plus agressifs à l’approche du vote.

SAUF que les cigarettes électroniques ne sont pas inclues dans la convention-cadre pour deux raisons assez évidentes. D’une part, elles ne sont pas des produits du tabac, car elles ne contiennent pas de tabac, et, deuxièmement, il serait étonnant que l’OMS ait entendu parler de l’e-cig en 2005 alors qu’elle a été inventée en Chine seulement quelques mois auparavant.

Les auteurs du rapport font preuve d’une mauvaise foi manifeste, avec l’aide de l’eurodéputé socialiste irlandais, Paul Murphy.

Paul Murphy explique qu’au Parlement, les députés «sont soumis à des campagnes « fabriquées ». Nous recevons des courriels d’électeurs dits ordinaires sur les cigarettes électroniques. Mais ils sont vraiment détaillés sur la directive « .

Ainsi, si un électeur s’engage dans la démocratie et s’informe sur le sujet pour écrire à un député, il doit sûrement être à la solde de certains et être donc ignoré.

«Astroturf» est le nom donné à un certain type de campagnes, qui ont été effectivement mises en place, encouragées et parfois financées par les entreprises et les groupes de pression des entreprises qui s’intéressent à leur succès. Un assistant du député : «Ils sont organisés en ligne, créent des forums de cigarettes électroniques. Ils sont effectivement un lobby agressif ».

Ils sont «organisés» ? Créent leurs propres forums et partagent de l’information ? Tout ceci est très gênant pour des députés qui veulent juste faire des lois sans même imaginer à quel point elles sont stupides !

Le mieux est de simplement rejeter tous les électeurs qui écrivent, de les assimiler à des complices de l’industrie et de poursuivre la stupidité en dépit de tout.

Un autre député a déclaré : «Nous recevons beaucoup de requêtes sur Twitter au sujet de la législation sur les cigarettes électroniques. »

Les requêtes sont pleinement méritées si les députés européens – tels que Murphy et, vraisemblablement, les autres députés gauchistes contactés pour ce rapport – sont sourds aux opinions des gens ordinaires qui les ont élus.

Totally Wicked, une entreprise de cigarette électronique anglaise, a envoyé à chaque député une e-cigarette. Un député a commenté, incrédule : « Ils envoient des drogues toxicomanogènes aux députés. C’est assez incroyable. »
Jutta Haug, eurodéputé S & D, a déclaré qu’elle subissait «de fortes pressions de la part des utilisateurs de cigarettes électroniques ». Le rapporteur sur la directive relative aux produits du tabac, Linda McAvan, a également déclaré « Il y a une attitude très agressive.»

Ils subissent de fortes pressions de la part des utilisateurs parce que lorsque la première directive a été divulguée, elle a montré à quel point les députés étaient désemparés au sujet de l’e-cig. C’est toute la question de l’interaction entre les politiques et leur tour d’ivoire et les gens qu’ils servent …

Et exprimer cette fausse indignation au sujet des courriers envoyés aux députés est risible. C’est une bonne méthode éducative considérant le fait que seulement une infime minorité de députés avaient connaissance de leur existence jusqu’à ce que les lettres commencent à affluer, alors pourquoi ne pas leur montrer ce qu’elles sont et ce qu’elles font ?

Les auteurs de ce rapport étatique idiot déclarent sur leur site Web qu’ils :

(Bossent) en étroite alliance avec des groupes d’intérêt public et des mouvements sociaux en Europe et ailleurs pour développer des alternatives à la domination du pouvoir des entreprises.

Ce qui est très étrange, car ils ne semblent pas si intéressés par d’autres lobbying ou «le pouvoir des entreprises», découvert par la revue lituanienne Respublika et – surprise, surprise – impliquant le rapporteur de la Directive, la susmentionnée Linda MacAvan, député européen.

En quête d’adoption d’actes juridiques nécessaires et urgents, les « pharmaciens » ont trouvé un politicien influent en Europe, le socialiste David Harley, qui travaille dans les institutions du Parlement européen depuis plus de 30 ans, et est donc en mesure de parler et de discuter avec la quasi-totalité des politiciens de Bruxelles et des officiers de haut rang.

Harley est devenu un spécialiste des relations publiques après avoir terminé sa carrière comme euro-bureaucrate et a commencé à travailler dans l’agence de relations publiques « Burson-Marsteller », succursale de Bruxelles, comme assistant principal.

En 2011, « Burson-Marsteller», déclare avoir reçu 8,755 millions d’euros de ses clients pour faire du lobbying à Bruxelles. Quelques grandes sociétés pharmaceutiques du monde, tels que « Johnson & Johnson », « Pfizer », etc, qui fournissent des produits de remplacement de la nicotine sur le marché, ont été parmi les plus généreux clients ayant alloué des fonds pour leurs activités de lobbying.
En 2011, lorsque les discussions sur la directive relative aux produits du tabac commençaient à peine, ces deux entreprises ont dépensé près de 2 millions d’euros pour leur lobbying à Bruxelles.

Il n’y a pas si longtemps, Linda McAvan et David Harley étaient deux  personnalités politiques majeures du groupe socialiste au Parlement européen : l’un était vice-président, l’autre, secrétaire général. Ils ont passé de longues heures ensemble dans des réunions, des discussions et des voyages pendant 12 ans de 1998, après que McAvan ait été élue au Parlement européen, jusqu’à 2010, lorsque D. Harley a quitté la politique et commencé à travailler comme lobbyiste.

Est-ce juste une coïncidence si aujourd’hui McAvan est un ardent défenseur des intérêts des clients principaux de son ex-collègue ? Elle ne s’oppose pas seulement à l’industrie du tabac, mais a également signé une lettre incitant la Commission européenne à lancer des activités bénéfiques pour les entreprises pharmaceutiques et sa signature se trouve apposée à côté des signatures de « Johnson & Johnson », « Pfizer » et autres grands fabricants de produits de remplacement de la nicotine comme «GlaxoSmithKline».

A présent, quels lobbyistes ont le plus d’influence sur la Directive ? Quelques utilisateurs d’e-cig ayant écrit aux députés, copieusement ignorés ? Ou de grandes sociétés pharmaceutiques ayant payé un ancien bureaucrate socialiste qui est de surcroît un grand ami de Linda MacAvan, député européen chargé de l’avènement de la Directive à travers l’Union européenne… complétée de ses restrictions sur les concurrents des produits de réduction des risques des laboratoires pharmaceutiques ?

Pourtant, ces progressistes, qui sont vivement opposés au «pouvoir social», ne semblent pas être dérangés par le lobbying de Big Pharma.

Cela explique beaucoup de choses, n’est-ce pas ? La poursuite ridicule de l’interdiction du snus qui est unanime; l’ignorance des réponses à la consultation publique, les mesures désespérées conçues pour détruire les e-cigarettes, la sélection minutieuse des « cueilleurs de preuve » de MacAvan et la science de pacotille épouvantable présentée à la commission ENVI.

Je crois qu’il y a beaucoup de questions qui nécessitent les réponses de MacAvan.
Pas vous ?

http://dickpuddlecote.blogspot.fr/2013/07/ignore-public-listen-to-macavan-and-her.html?spref=tw

Traduction par Amanda

Bruxelles-Parlement-Europeen-ue

Arom-Team soutient l’AIDUCE
Adhérez pour préserver votre liberté !

Publicités

Un commentaire sur “Hypocrisie et corruption au Parlement européen

Ajouter un commentaire

  1. Toute cette clique est à vomir … les prochaines éléctions européennes seront l’occasion de leur dire ! et de les renvoyer dans leurs foyers …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :